Le plan d'eau

Château Ladignac

 l'église (12e siécle) de Ladignac 

inscrivez-vousLa commission communication de Ladignac vous propose ce nouveau site Internet interactif qui a pour but d'aider nos habitants et nos visiteurs pour trouver facilement tous les renseignements sur notre belle commune.  Inscrivez-vous (onglet "s'inscrire/register" en haut de la page) pour recevoir des nouvelles locales une ou deux fois par mois dans votre boite e-mail.  En savoir plus

Ils ont choisi ladignac : témoignages

KICKS ET HENK

Pourquoi voulions-nous habiter à Ladignac- Le-Long ? C’est une si belle histoire…

En 2009, durant nos vacances au camping de la Rhue, à Jumilhac, chez les amis de mon conjoint Henk, nous découvrions une très jolie maison à vendre lors d’une de nos balades. Cela faisait 6 mois que nous nous connaissions Henk et moi, et le rêve de vivre en France nous gagnait peu à peu.

L’année suivante, nous sommes revenus à la Rhue pour l’anniversaire de la fille de nos amis Kees et Danielle. De nouveau nous nous sommes promenés et avons retrouvé cette si jolie maison que nous avions vue l’année pré-cédente, et toujours fermée… Lors des belles soirées d’été chez nos amis, sous le grand til-leul, partageant un bon verre de vin, nous laissions notre projet prendre corps, notre rêve grandissait, et l’enthousiasme de vivre près de nos amis s’unissait à ce doux espoir de vivre en France. Soudain, durant les jours qui suivirent, nos amis apprenaient que la maison était vendue… Notre rêve, mêlé de nos espoirs d’une nouvelle vie s’effondraient… Nos amis étaient tout aussi déçus…

Le bouche à oreille s’est mis à fonctionner : des Hollandais vendaient leur maison à Ladi-gnac-le-Long…. Un rendez-vous fut pris par téléphone. Le lendemain matin nous étions au Buisson, à Ladignac.

Nous n’avions jamais entendu parlé de ce village auparavant. Immédiatement nous avons aimé sa beauté, sa vieille église et son cimetière, la nature si riche et généreuse. Arrivés dans le jardin de la maison au Buisson, nous étions charmés par son point de vue, et toujours la beauté de ces paysages… Instantanément, nous sommes tombés amoureux des lieux et lorsque nous sommes entrés dans la maison tricentenaire si joliment restaurée, nous savions que c’était là…

Une semaine plus tard, nous étions chez le notaire… nous devions mettre fin à beau-coup de choses au Pays-Bas (nous en avons même profiter pour nous marier), avant de déménager définitivement pour la France le 2 juillet 2011.

Nous n’avons jamais regretté notre décision.

Le Bonheur est là.

Nous sommes si heureux d’habiter à Ladignac.
Kicks van den BURG

 

CHRISTINE :
Il y a un an, je cherchais à acheter une maison, premier investissement immobilier, aussi j’ai beaucoup visité.

Critère numéro un :situation sur la communauté de communes du Pays de Saint-Yrieix,

numéro deux : pas de vis-à-vis,

numéro trois : un jardin.

Et le coup de cœur a eu lieu à Ladignac !Ladignac ? Pourquoi pas ! Une ville avec trois « l’ » devrait m’en donner des ailes pour me lancer dans mon nouveau projet de cœur. Je connaissais déjà pour avoir fêté des anniversaires à la salle des fêtes du plan d’eau, être allée au ‘’fameux’’ Festival Artézic, et y avoir des amis, alors oui Ladignac me plaisait. Et la liste des amis Ladignacois s’est étendue...

D’autres depuis rencontrés lors de soirées, ailleurs, et avec lesquels nous nous enchantions, une fois la discussion entamée, de découvrir que nous habitions le même village! C’est ainsi que la vie va, faite de rencontres...

Vient aussi le temps de « vivre » sa ville : quel plaisir de pouvoir aller chez les commerçants à pied, comme je le faisais étant petite avec ma grand-mère dans son village. Quel ravissement d’admirer les paysages vallonnés criblés de bosquets, comment résister à la campagne ladignacoise...

Le mois dernier, j’ai enfin pu découvrir les chemins de randonnées au départ de l’église, émaillés des couleurs de l’automne. Vivement le printemps que je m’y promène à nouveau avec un décor qui aura changé de couleur, mais sera toujours aussi charmant et bucolique ...

 

PASCAL ET MANUELA :

Après une vie active dans l’enseignement pour Pascal et son épouse Manuela, le temps de la retraite est arrivé. Durant quelques mois, ils ont recherché ardemment la maison de leurs rêves !
Il fallait qu’elle soit de plain-pied, typique de la région, grande pour pouvoir accueillir tous les livres et objets de collection dont est passionné Pascal.

Après avoir sillonné différentes régions, dont le littoral, sans trouver leur bonheur, naturellement ils se sont orientés vers la Haute-Vienne dont est originaire Manuela (Lastours). Leur fils vit en plus à Saint-Hilaire.
Ils sont venus en vacances pendant des années dans un gîte à Ladignac, et s’y sentaient bien. La situation entre Saint-Yrieix et Nexon et la proximité de Limoges ont penché dans la balance. Le prix de l’immobilier accessible par rapport
à certaines régions, les services offerts par les commerces de proximité et artisans ainsi que le tissu associatif actif ont fini par les décider.
Depuis le 1er août, ils ont quitté les Ardennes et se sont définitivement rapprochés de la famille. Manuela est attachée sentimentalement à Ladignac, c’est ici où son grand-père Henri a exercé en tant que facteur avant la Seconde Guerre mondiale. Et son oncle André Villoutreix y fut trésorier au club des aînés.
Le premier bilan est positif, Pascal et Manuela se sentent bien à Ladignac, ils ont déjà leurs petites habitudes. Ils sont inscrits dans des associations et chacun laisse libre cours à ses passions. La photo pour Pascal, qui trouve le village bien fleuri, ce qui lui apporte des sources d’inspiration.
Il est aussi écrivain, poète, conférencier... Et il a bien d’autres cordes à son arc. Les richesses humaines, naturelles et culturelles qu’offre la commune contribueront sans aucun doute à l’écriture d’une nouvelle page de leur vie.