Le plan d'eau

Château Ladignac

 l'église (12e siécle) de Ladignac 

inscrivez-vousLa commission communication de Ladignac vous propose ce nouveau site Internet interactif qui a pour but d'aider nos habitants et nos visiteurs pour trouver facilement tous les renseignements sur notre belle commune.  Inscrivez-vous (onglet "s'inscrire/register" en haut de la page) pour recevoir des nouvelles locales une ou deux fois par mois dans votre boite e-mail.  En savoir plus

Historique de Ladignac-le-Long

C’est une petite Commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Haute-Vienne, en région Limousin. Elle fait partie de la Communauté de Communes du «Pays de Saint-Yrieix ».

Ses habitants sont les Ladignacois, Ladignacoises. Elle possède 2 fleurs au concours de fleurissement. Les 1159 habitants vivent sur une superficie totale de 4721 hectares avec une densité de 24 habitants/km2 et une moyenne d’altitude de 400m. L’altitude minimale est 240m ; la maximale est 430m.

Les villes voisines sont le Chalard, Rilhac-Lastours, Bussière-Galant, St-Hilaire-Les-Places, Jumilhac-le-Grand, St-Yrieix-la-Perche, la Meyze, Les Cars, Nexon.

Les4routes

 

           Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 824 2 544 1 989 2 400 2 600 2 566 2 585 2 697 2 596
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 640 2 429 2 495 1 725 1 833 1 993 2 131 2 271 2 203

 

           Évolution de la population
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 397 2 476 2 516 2 306 2 149 2 111 2 088 1 900 1 700
           Évolution de la population
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
1 636 1 514 1 390 1 245 1 190 1 089 1 115 1 122 1 141

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale .
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2004.)

Son nom proviendrait de Laziniacum qui était formé après évolution du mot de Latinius et du suffixe acum signifiant « le domaine de », Latinius étant un gallo-romain qui possédait une exploitation agricole située entre le cimetière actuel et le plan d’eau.

Rien n’a été retrouvé en ce qui concerne le Moyen-Age mais le domaine s’était certainement transformé en hameau.

En 1806, on l’appelle Lazignacum puis Laziniatum puis Liziniacum. Ladignac devient le Long en 1919.


On ne retrouve ni monument mégalithique, ni habitat néolithique du fait que le site qui aurait pu les abriter a été cassé par l’édification d’une forteresse féodale et les aménagements des dépendances d’un château Louis XV.

 

lagranderue6

 

 


A Ladignac se trouve une colline portant le nom de Camp de César, au sommet de laquelle on relève de nombreuses excavations. Il s’agit là soit d’un ancien village gaulois, soit des restes d’aurières, les mineurs des premiers siècles de notre ère cherchant l’or en ces lieux.

Ladignac vous invite à découvrir ses trésors naturels et architecturaux. Au fil de vos ballades venez découvrir :
- les monuments historiques :Eglise Saint-Agnant de Ladignac le long, édifice classé au titre des monuments historiques en 1910. Château du XVIIè siècle et les grandes allées des Terrasses.

DSCN1394


- une mini station de loisirs en bordure du lac qui vous invite à la détente et vous propose une aire de jeux pour les enfants, un mur d’escalade, des tables de pique-nique, un camping 3 étoiles ombragé avec mobile-homes et son chemin d'interprétation de la Biche.


Autrefois à Ladignac :

    lagranderue2

 
Les foires avaient lieu le 1er mardi et le 21 de chaque mois.


Il y avait 3 fêtes : Celle du bas bourg durant 3 jours en Juin avec bal, le lundi étant réservé aux exploits des enfants des écoles avec des récompenses pour tous (courses aux sacs, aux œufs, tir à la corde,……….). Ce jour-là il n’y avait pas école.


Celle du haut bourg en Août, semblable à celle de Juin.
Celle du mois d’Octobre, appelée fête des Nèfles.
On retrouve à Ladignac sur la route de Chalus un ancien lavoir. C’étaient des lieux de rencontres où les femmes pouvaient échanger des nouvelles, rumeurs, recettes de cuisine, …….
En 1800 au n°34 de la rue Léon GAMBETTA se situait la gendarmerie.
Sur 8 cafés que possédait la commune, il n’en reste plus qu’un seul actuellement.
On pouvait retrouver plusieurs corps de métiers ayant disparu de nos jours comme le maréchal ferrant, le forgeron, le sabotier, le marchand de vin, le fossoyeur, le menuisier, le tailleur……


Les morts de la guerre :158 poilus sont tombés au champ d’honneur durant la première guerre mondiale. Moins de victimes durant la deuxième guerre mondiale. Seulement 14 noms inscrits au monument aux morts.