Le plan d'eau

Château Ladignac

 l'église (12e siécle) de Ladignac 

inscrivez-vousLa commission communication de Ladignac vous propose ce nouveau site Internet interactif qui a pour but d'aider nos habitants et nos visiteurs pour trouver facilement tous les renseignements sur notre belle commune.  Inscrivez-vous (onglet "s'inscrire/register" en haut de la page) pour recevoir des nouvelles locales une ou deux fois par mois dans votre boite e-mail.  En savoir plus

Le patrimoine de Ladignac-le-Long

L’église :


L’église de LADIGNAC-LE-LONG est une église romane classée par arrêté du 9 avril 1910.

Cet édifice du XIè siècle, à clocher octogonal à abside à 5 coupés et baies à colonnettes, présente un portail polylobé de pur style limousin et datant du XII è siècle.

 

vitraux

 

Finissez d’entrer pour y découvrir ses chapiteaux historiés en serpentine (pierre locale), son retable du XVIIè siècle et son buste reliquaire de Saint-Agnant, patron de la paroisse.

 

Les vitraux actuels ont été offerts par Mr Paul Bel en remplacement de ceux détériorés par les tremblements des bombardements en 1940 et aussi quelques jets de lance-pierre à la sortie de l’école.

 

Saint-Léobon avait une chapelle dans l’église. L’église paroissiale de LADIGNAC a été construite en 1086. Toutefois il faut observer qu’aujourd’hui elle ne conserve de cette époque que l’abside, le sanctuaire et la porte majeure car la voûte de la nef depuis la porte jusqu’au transept a été refaite après 1863 en forme de berceau ; elle est donc moderne.


L’abside est à 5 pans coupés et forme les 5 faces d’un octogone. Le sanctuaire occupe une travée voûtée en plein cintre et le transept qui le précède a 2 chapelles avec absidioles.

 

 

église journée patrimoine 09 2012 034

 

 

DSCI0016

 

 

On remarque surtout à l’extérieur de l’abside et à la porte principale des arcs trilobes comme il en existe à Solignac, Saint-Yrieix, le Dorat…..

C’est une ornementation que l’on retrouve dans plusieurs autres églises romanes du Limousin.On y remarque aussi de beaux chapiteaux et d’autres plus petits à corbeille unie en serpentine de la Roche-l’Abeille.

 

 

 

Le transept est très large et présente sur les bras 2 chapelles terminées par une travée en berceau. On découvre des chapiteaux décorés de personnages accroupis ou de palmettes.

église journée patrimoine 09 2012 018


L’abside terminant le chœur est pentagonal et porte 3 baies ; alors que son entrée est encastrée de colonnes avec chapiteaux en serpentine.
Le portail du XIIè siècle ouvre sur un porche précédant une façade restaurée. Surmonté d’un arc polylobé avec 3 voussures il est de type limousin mais avec une forte influence arabe, découlant sans nul doute des croisades.

DSCI0001

 

 

 

 

 

Le clocher est de forme polygonale et présente 8 faces s’appuyant sur un massif également octogonal. Il s’élève sur les travées du chœur ; ce qui est rare dans les églises limousines.
Le chevet agrémenté d’une décoration simple mais élégante offre certainement l’attrait majeur de cet ensemble.
Derrière ce monument se trouve une fontaine dont les eaux venant de la source de Saint-Aignan(protecteur de la paroisse) avaient disait-on les vertus de guérir les rhumatismes et les maladies infantiles, d’où le culte dont elle fit l’objet pendant bien des siècles.

Cette fontaine n’est plus accessible de nos jours (propriété privée).
Lors de travaux dans l’église une crypte a été découverte sous l’autel.
Dans la sacristie et le presbytère un départ de souterrain a été mis à jour. Ce souterrain remonterait en direction du château ; il passerait sous la route jusqu’au carrefour des 4 routes puis remonterait vers Châlus pour monter vers le château. Malheureusement ce souterrain ne se visite pas.


 

 

Le château


En 1750, la demeure est composée de 2 grandes tours rondes, d’un corps de logis servant d’écurie et d’une chapelle.
Vers 1752, le Marquis de Lavergne fit raser un château d’agrément trop modeste à son goût, comportant 2 ailes, 3 étages, grange, cour et jardin qui se dressait à 200 ou 300 mètres de sa forteresse féodale. Utilisant les pierres de cet édifice, il fit construire un assez vaste château Louis XV dans un site agréable et bien abrité.

chateau

 

 

A l’origine il comportait une chapelle et un grand nombre de pièces qui ont en partie disparu au cours des ans.
Le domaine féodal fut rasé et ses pierres servirent à la construction en 1755 des bâtiments de la réserve agricole ainsi que les murs de son parc et de ses jardins, encore présents actuellement.